Accueil » Il était une fois… Le carnet

Il était une fois… Le carnet

Savez-vous que vous pouvez être ce que vous voulez avec un carnet en main ?

Connaissez-vous l’utilité du carnet à travers les âges ?

Mais tout d’abord, d’où vient le carnet ? Je me suis posé la question l’autre jour et en cherchant j’ai trouvé des choses absolument fascinante que je me devais de vous partager.

Pour bien en parler, il nous faut commencer par le début, son ancêtre direct : le Codex.

Le Codex

Voilà qu’on commence fort, avec le mystérieux mot de Codex. Ce n’est pas un terme que l’on entend tous les jours. Pourtant à une époque c’était le cas…

Remettons-nous en contexte, nous sommes à Rome au IIIème siècle après J.C, Lucius en sortant de son travail croise la belle Antonia, ils discutent et décident de se revoir. C’est alors qu’elle lui demande de lui passer son codex pour lui écrire son adresse. 

Aujourd’hui on demanderait plutôt le smartphone pour noter son numéro !
Mais non le codex n’est pas un ancien smartphone, bien tenté 😉

Avant l’invention du papier nous écrivions, tout du moins les Romains le faisaient, sur des tablettes de cire. Ce sont des tablettes en bois avec de la cire coulée au milieu, fabriquées par des Tabletiers. Il écrivaient avec des stylets aux bouts pointus, pas bien différent des stylets de nos tablettes tactiles.
C’est à partir du Ier siècle après J.C que les Romains décidèrent d’assembler des tablettes de cire et créèrent alors le Codex signifiant en Latin « morceaux de bois ».

Un siècle plus tard ils remplacèrent les tablettes par des feuilles de papyrus ou de parchemins, avec une reliure en cuir formant ainsi un carnet de notes à usage personnel. Voilà donc une forme assez proche de ce que nous avons sur notre bureau. La fabrication de ce codex à l’époque était cher et il était donc réservé à la population riche.

De ce fait, les tablettes restèrent bien plus utilisés que le codex jusqu’à la vulgarisation du papier et la progression de l’imprimerie. Les codex devinrent alors moins cher à produire et donc plus utilisé.
L’invention du codex va surtout permettre une évolution vers le livre que l’on connaît aujourd’hui. Malgré tout, il reste utilisé dans différents métiers comme le commerce et la politique pour les textes de lois. Ou encore par la religion qui s’est appropriée le codex à ses débuts afin de répandre les textes saints.

L’art du carnet

La plus vieille définition du carnet remonte à 1762 dans le Dictionnaire de L’Académie française. Il est définit comme un extrait du livre d’achat d’un marchand, où sont contenu ses dettes actives et passives. Mais au fil des siècles le carnet a eu beaucoup d’utilités différentes.

Tout d’abord le carnet de voyage.
Il n’a pas bien changé depuis Christophe Colomb, utilisé, à l’époque, pour retranscrire le voyage ainsi que les découvertes des explorateurs. Ce carnet était un carnet de bord et comme indique son nom, il restait principalement à bord du bateau.
Puis au XXème siècle, les riches américains devant faire des voyages en Europe décrivirent aussi bien à l’écrit qu’en croquis leurs épopées. Ensuite les carnets de voyages devinrent démodées et laissèrent place à la photographie. Pourtant aujourd’hui nous voyons de plus en plus de gens transcrire à nouveau leurs voyages dans des carnets.

Penchons-nous maintenant sur une autre sorte de carnet : le carnet de croquis.
Les peintres, dessinateurs et graveurs se sont appropriés le codex pour faire des esquisses et dessins ainsi que d’y mettre des annotations. Les carnets de Léonard De Vinci sont très connus, plusieurs d’entre eux ont été retrouvés intacts. On peut y découvrir des centaines de dessins sur l’anatomie et les plantes.
De Vinci était également un savant renommé en son temps, ce qui nous amène à un autre type de carnet.

Le carnet d’inventions ou de recherches.
Le codex est également adopté par les inventeurs qui peuvent mettre leurs idées par écrits.
Dans les carnets de De Vinci on retrouve plusieurs dessins de mécanismes et de machines encore inconnus à l’époque. Certaines d’entre elles seront de véritables inventions révolutionnaires.

Le basique carnet de notes
Le carnet à l’origine de bien d’autres, le plus simple et le plus répandu. Les écrivains en usent beaucoup, que ce soit pour poser des annotations, écrire des idées ou juste en faire un brouillon. Mais ce ne sont pas les seuls.
Ce carnet de notes a eu une multitude d’utilisations :

  • le carnet de guerre (véritable journal intime historique)
  • le carnet de comptes (utilisé par les commerçants)

Et plus récemment :

  • le carnet d’adresse
  • le carnet de santé
  • ou encore le carnet de chèques

Et le vôtre, ce sera… ?

Les carnets sont donc utiles dans tous les domaines et sans eux d’innombrables inventions ou œuvres artistiques n’auraient jamais vu le jour. Notre connaissance de l’Histoire est bien plus complète également grâce à ces petits objets de tous les jours.

Maintenant j’ai une question à vous poser.
Et pourquoi pas vous ?
Pourquoi ne pas se laisser tenter par l’appel du carnet ?

 

Vous pouvez être ce que vous voulez, prenez-en un et devenez inventeur, écrivez vos histoires, ou créer une toute nouvelle utilité du carnet.

Donnez à vos idées les plus farfelues un endroit rien qu’à elles.

Laissez libre cours à votre imagination et n’hésitez pas à nous le montrer sur les réseaux sociaux en mentionnant @Jeanetteetginette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.